1 kilomètre à pied…

Après ces deux jours de rando sur la belle Abel Tasman Track le programme initial était de se prendre une journée de break pour aller tranquillement jusqu’à la Heaphy Track, plus à l’ouest. Après avoir consulté la météo qui annonce trois jours consécutifs de soleil nous décidons d’enchaîner directement sur l’autre rando pour mettre toutes les chances de notre côté. Nous roulons donc en direction de Takaka à deux heures de route de là, on se dépêche pour arriver avant la fermeture de l’office du tourisme pour louer sacs de couchage et réchaud (indispensables vu la température). Manque de chance nous arrivons à 16h30 et trouvons porte close, ouverture le lendemain à 10h00 ce qui ne nous arrange pas du tout car le début de la rando est encore à 2h30 de route et ensuite il nous faut minimum 5h00 de marche jusqu’au premier refuge et la nuit tombe à 17h00… On cherche donc des solutions alternatives. Nous demandons à notre auberge où louer tout ce matériel, on nous regarde avec de grands yeux pour finalement nous dire que l’on peut tout acheter au magasin de sport du coin. 80 $ le sac de couchage, une dépense pas prévue au programme… On se creuse la tête, nous ne voulons pas perdre un jour de soleil c’est trop précieux ! Une personne nous indique un magasin de seconde main (un genre d’Emmaüs), on s’y rend sans trop de conviction car il est déjà 18h00 et effectivement nous trouvons de nouveau porte close…

Notre dernière chance c’est demain matin à l’ouverture vers 8h30, on croise les doigts. Wake Up matinal, petit dej’ et on file vers le magasin repéré la veille, encore fermé, pffff…. Après avoir arpenté de long en large en travers la seule et unique rue de cette ville nous trouvons un second magasin genre Emmaüs, normalement pas ouvert mais une petite mamie est là. Elle nous trouve un seul sac de couchage, pas bien épais mais c’est mieux que rien, nous lui achetons deux couvertures, le tout pour 5$. Bon et ben on va se la jouer à l’ancienne : couverture en laine, un peu lourd dans les sacs mais chaudes.

Tout contents on file au supermarché faire le plein de courses car il faut être autonome pendant 3 jours, de nouveau soupe, nouilles, fruits secs, barres de céréales, pain, fromage, eau. Il est 9h15 et nous prenons la route pour la rando sous un beau soleil, pile-poil dans les temps. Le départ est vraiment paumé, après des routes en lacets les 15 derniers kilomètres ne sont pas goudronnés. Nous sommes stoppés 10 minutes par une traversée de troupeau de vaches et nous croisons tout plein de moutons. Le paysage est déjà très beau, des champs bien verts, des montagnes en arrière plan et des torrents. IMGP2792 (Copier)Panorama sans titre2 (Copier) IMGP3136 (Copier) IMGP3129 (Copier) IMGP3128 (Copier) IMGP2802 (Copier)Normalement cette rando se fait en aller simple, le problème c’est qu’elle arrive à 450 kilomètres du point de départ par la route, il faut normalement prévoir une navette de retour. Nous choisissons donc de la faire en aller-retour pour voir la partie montagne, nous ne verrons pas la partie plage. Il est 11h15 quand nous commençons la montée, c’est parti pour 60 kilomètres sur 3jours. La première partie n‘est pas la plus agréable 5 heures de montée et 900 mètres de dénivelé, le chemin monte très doucement et régulièrement mais c’est un peu monotone. De temps en temps nous avons quand même des belles percées sur les montagnes enneigées. IMGP2807 (Copier) IMGP2821 (Copier)Tout près de l’arrivée un point de vue nous offre un beau panorama à 180 degrés sur les sommets et un panneau nous indique la présence d’escargots carnivores très rares, on espère en voir. Panorama sans titre3 (Copier)Après finalement 4h30 nous apercevons le toit de notre hut, chouette c’est l’arrivée !IMGP2839 (Copier) Le refuge est encore une fois ultra classe, une grande fenêtre horizontale nous permet d’admirer le coucher de soleil, il y a de l’eau, non traitée mais une fois bouillie c’est parfait pour le thé et le café. Romain commence tout de suite son activité favorite : faire du feu. Le bois est bien sec et en un rien de temps nous avons une bonne flambée. Comme les dortoirs sont très très froids et nos couvertures pas très chaudes nous installons nos matelas au coin du poêle, c’est ça l’avantage d’être tous seuls dans les hut. Après avoir admiré le beau coucher de soleil nous mangeons nos nouilles et nous nous couchons tôt pour être en forme pour la journée de marche de demain.IMGP2846 (Copier) IMGP2849 (Copier) IMGP2847 (Copier) IMGP2855 (Copier) IMGP2857 (Copier) IMGP2866 (Copier)A 7h00 nous ouvrons les yeux, la nuit à été bonne mais un peu fraîche, une ou deux couches supplémentaires n’auraient pas été de refus. Après un bon thé nous sommes réchauffés et à 8h30 nous commençons la journée. IMGP3114 (Copier)Le ciel est clair, aucun nuage à l’horizon. Il a bien gelé cette nuit, l’air est frais et les plantes toutes endormies par le gel, c’est vraiment très chouette cette lumière matinale. Nous avons enfilé toutes nos couches, sous-vêtements techniques, sous-pull, north face, doudounes, bonnet on est bien équipés !IMGP2883 (Copier) IMGP2885 (Copier) IMGP2886 (Copier) IMGP2888 (Copier) Le chemin serpente entre forêt, maquis et steppe. Au bout de deux heures nous sommes dans les Goulands Down, un paysage très ouvert et vallonné entièrement couvert d’herbe beige, en quelque sorte une immense steppe. C’est très beau, dans des tons ocre, marron, beige, accompagné d’une petite brume matinale, on s’assoit un petit moment pour une pause contemplation. Le chemin est ensuite très agréable, il se perd dans les méandres des collines, ça monte ça descend, toujours entouré de cette végétation basse et d’un beau ciel bleu. IMGP2937 (Copier) IMGP2939 (Copier) IMGP2942 (Copier) IMGP2956 (Copier) Panorama sans titre5 (Copier) Panorama sans titre4 (Copier)IMGP3111 (Copier)Nous passons à côté d’un totem à chaussures puis nous arrivons à un petit refuge très sympa et rustique pour une pause fruits secs. Un weka, oiseau néo-zéandais avec de toutes petites ailes ne lui permettant pas de voler et des yeux rouges nous tiendra compagnie (c’est surtout les cookies que Marion lui donne qui le fait rester). IMGP2958 (Copier) IMGP2962 (Copier) IMGP2972 (Copier) IMGP2974 (Copier) IMGP2976 (Copier)La rando se poursuit dans une forêt de mousse, c’est surprenant et ça contraste avec le beige, nous voilà maintenant dans un monde tout vert et humide, on dirait la forêt de Merlin l’enchanteur. Et on trouve un escargot, ouééé!IMGP2987 (Copier) IMGP2992 (Copier) IMGP3101 (Copier) IMGP3123 (Copier) Panorama sans titre7 (Copier)IMGP3119 (Copier)Le paysage se ré-ouvre à nouveau sur d’immenses étendues de steppe avec les montagnes en arrière plan. C’est notre partie préférée, des ponts suspendus enjambent les rivières et le paysage est juste dingue, on adore ! Il fait super beau et la température est idéale pour une pause pique-nique au milieu de ce décor de rêve. IMGP3004 (Copier) IMGP3018 (Copier) IMGP3033 (Copier) IMGP3050 (Copier) Panorama sans titre1 (Copier) Panorama sans titre6 (Copier) Panorama sans 9 (Copier) Panorama sans titre8 (Copier) Panorama sans titre10 (Copier) Panorama sans titre11 (Copier) Panorama sans titre12 (Copier) IMGP3059 (Copier) IMGP3087 (Copier) IMGP3069 (Copier)Nous rebroussons ensuite chemin, nous voulions normalement dormir dans le petit refuge mais celui-ci nous semble trop froid pour notre équipement nous poussons donc jusqu’à notre hut du premier soir. A notre arrivée la cheminée fume, Boris est déjà là, c’est un français qui habite le village juste à coté de chez les parents de Marion ! Belle coïncidence, il faut venir à l’autre bout de la planète pour croiser un Jurassien. Il est super sympa et nous passons une très bonne soirée à discuter. Nous espérons le recroiser, soit sur les pistes de ski néo-zélandaises soit dans le Jura. Le lendemain programme tranquille, nous redescendons jusqu’en bas. Les jambes sont quand même bien lourdes après ces trois jours, cinq même si l’on compte Abel Tasman. Marion à très mal aux épaules et Romain aux pieds et aux mollets.IMGP3112 (Copier) Nous arrivons finalement à notre point de départ toujours sous un beau soleil et nous posons solennellement devant la pancarte (nous ne sommes pas vraiment à notre avantage sur la photo mais après 3jours de refuge il faut nous excuser). IMGP3126 (Copier)En tout cas c’était magnifique, magique, encore une très belle expérience, maintenant on va reposer un peu les muscles et se préparer un énorme plat de pâtes à la carbonara comme récompense. Bon Ap ‘ !

 

6 thoughts on “1 kilomètre à pied…

  1. très beau comme toujours!
    curieux ces escargots carnivores, je me demande coment ils font pour attraper leurs proies vu leur rapidité légendaire!

  2. Rencontrer un Jurassien au cours d’une telle randonnée,ne fait que confirmer le dicton  » le Monde est petit »!!!! .
    Finalement ,on se rend compte que durant ces mois de voyage, le hasard vous aura amené plusieurs fois vers des gens qui ne sont pas loin de vos terrains de connaissances ou de vos attaches .
    Des coïncidences , qui font sourire mais qui montrent bien que votre expérience est dans l’air du temps .
    Le refuge encore une fois top la classe, le description des randos: super , l’escargot surprenant , le totem de chaussures une bonne idée, l’alternance de graminées et de mousse c’est tout simplement inattendu .On a l’impression de passer d’un pays à un autre .
    On se régale de tout cela et ces deux spots rapprochés sont du pur bonheur.
    Reposez mollets et épaules . Finissez la vache qui rit , reprenez du tonus avant le ski .

    Mille bisous et du beau temps pour la suite .

    1. Oui en effet le monde est petit! L escargot je vais me pencher dessus voir comment il ‘chasse’ ca doit pas etre simple pour lui. Les paysages sont vraiment chouettes ça te plairait bcp

  3. Magnifiques paysages. L’avantage de l’hiver c’est que vous avez dû éviter les satanés « sand flies », sorte de moucherons moustiques qui se trouvent au bord des rivières, lacs. On ne peut pas rester très longtemps dans certains endroits car on est attaqués. Il existe des bracelets pour diminuer les attaques. La légende  » maori  » dit que ces bestioles ont été créées pour éviter que les êtres humains ne restent trop longtemps dans ces splendides lieux et que du coup ça permet de les préserver… C’est bien mais c’est ennuyeux quand comme tout bon touriste tu crois que tu as trouvé un endroit de rêve et hop au bout de quelques minutes c’est l’invasion. Bon dommage que la nouvelle Zélande ça soit aussi loin quand même. Dans le genre  » paysages magnifiques à couper les souffle « , il y a le Chili et pas mal aussi pour les randonnées. Gros bisous take care.

  4. Bravo les randonneurs….J’espère que le pro du feu est en forme…Que c’est beau,ses paysages,ceux ci vous couplent le souffle….totem original…..jolies photos de vous 2 comme j’aime….Le froid ne vous pénalise pas trop je voie ,pour un gamin du sud c’est extra ,mais tu tu t’y es habitué en Suisse….Ah la vache qui rit quelle alliée ….Elle est de partout celle la……Petit escargot deviendra grand si……extra…..Tout est extra,c’est le cas de le dire…..c’est le top…..Beau pays vraiment….bisous….pleins…..mam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *