Dans la jungle, terrible jungle

Notre retour à Medan la capitale sonne la fin du voyage de Lorie. Dernier jour achats de souvenirs, visite de la mosquée et MacDo le soir pour le plus grand plaisir de Romain. Nous quittons Lorie le lendemain matin, elle prend la direction de l’aéroport et nous de Ketambe. C’était vraiment chouette de partager ce bout de voyage avec elle, nous étions heureux qu’elle s’adapte si facilement à notre rythme toujours avec sourire et bonne humeur. Merci d’être venu nous voir ça nous à fait énormément plaisir !

C’est donc à 2 que nous continuons la route direction le mini village de Ketambe aux portes de la jungle du parc national du Gunung Leuser. Nous ne sommes qu’à 250 kilomètres mais la route est en très mauvaise état et passe par plusieurs cols, nous faisons moultes détours pour déposer et prendre des gens et après les pauses clopes et bouffe nous arrivons enfin à Ketambe après 9h00 de route. Les transports sur Sumatra sont vraiment épuisants. La pension dans laquelle nous nous installons nous redonne le sourire, un chaleureux accueil de la part de Johny et une soirée aux sons des guitares et des chansons indonésiennes, en toute simplicité. IMGP8937 (Copier)Le lendemain nous partons pour 3 jours de treks dans la jungle avec Buyung et Gedek, deux frères qui nous accompagnerons pendant ce périple. C’est donc parés de nos chaussettes anti-sangsues et d’un petit sac à dos léger (quelques affaires de rechange, une frontale et une bouteille d’eau) que nous entamons la journée. Nous croisons les doigts pour apercevoir des orangs outans et d’autres primates mais rien n’est sur, nous entrons dans un milieu naturel ou rien n’est prévisible.IMGP8601 (Copier)Longtemps inaccessible en raison de la guerre civile cette région qui dépend de la province d’Aceh reçoit très peu de visiteurs. La paix est revenue il y a 3 années et le tourisme se re-développe tout doucement. La description du Lonely planet mérite d’être citée car c’est une des premières fois que nous sommes complètement d’accord avec le guide. ‘‘Vous découvrirez ici la vraie forêt équatoriale et une des zones protégées les plus importantes pour la biodiversité. Attendez-vous à des terrains difficiles et à des hordes de sangsues le tout arrosé par une pluie qui tombe abondamment toute l’année.’’ Le décor est planté nous commençons donc la rando. Nous sommes trois, nous deux et Daniel un espagnol d’une trentaine d’année très sympa. Après seulement une heure de marche nous sommes trempés, le taux d’humidité doit être proche de 100 %, on est limite comme dans un hammam. Ça monte, ça descend tout le temps, ici le plat n’existe pas vraiment, les sentiers non plus d’ailleurs, on se fraye un chemin entre les lianes ondulantes, les troncs énormes, les arbres immenses et les milliers de plantes. C’est un grand bordel tout vert et luxuriant, les plantes s’entrecroisent, se montent dessus, les lianes étouffent les arbres…il n’y a pas un mètre carré sans feuilles ou sans racines et nous évoluons dans ce monde de verdure, les yeux et les oreilles grands ouverts, nous découvrons les sons de la jungle, le sifflement des criquets, les cris des oiseaux et des singes, le bruissement du vent…Panorama sans titre5 (Copier) IMGP8609 (Copier) IMGP8613 (Copier) IMGP8629 (Copier) IMGP8636 (Copier) IMGP8527 (Copier) IMGP8744 (Copier)IMGP8660 (Copier)Panorama sans titre0 (Copier)IMGP8553 (Copier)IMGP8645 (Copier)IMGP8672 (Copier) IMGP8721 (Copier) IMGP8723 (Copier) Panorama sans titre2 (Copier)IMGP8634 (Copier)IMGP8653 (Copier)Notre guide est vraiment super et d’une extrême gentillesse, il nous explique et nous montre pleins de plantes et de fleurs. Les sangsues sont bien là, petites mais nombreuses elles se collent à nous dès que possible. Nous surveillons dons constamment nos bras et nos mains pour décrocher ces horribles bêtes.IMGP8534 (Copier) IMGP8536 (Copier)IMGP8468 (Copier) IMGP8592 (Copier) IMGP8848 (Copier)Dès que nous voyons une feuille tomber nous levons les yeux vers la cime des arbres en quête d’une tâche rousse ou d’un singe sautant de branches en branches. Notre cou commence à être endolori, nous sommes constamment la tête en l’air ! Nous repérons en premier les nids des orangs outans, signe de leur présence dans les parages. Ces grands singes changent de nids tous les jours pour éviter que des microbes ou parasites viennent se reproduire dans leur lit, quand les feuilles sont encore vertes le nid est donc tout frais. IMGP8603 (Copier)Les branches des arbres bougent tout d’un coup un peu plus fortement que d’habitude, tout le monde s’arrête, aux aguets. Nous apercevons soudain une grande silhouette rousse qui se balance doucement à plus de 50 mètres au dessus de nos têtes, voilà notre premier orang- outan ! Nous n’en croyons pas nos yeux, c’est incroyable de les apercevoir ici dans leur milieu naturel. Il s’agit d’une maman et de son petit en train de manger les jeunes pousses des feuilles, nous les observons en silence à travers les jumelles tout en cherchant le meilleur angle pour les voir. Ce n’est pas si facile ils sont tellement haut, Marion est un peu frustrée de ne pas avoir de téléobjectif. On restera un long moment à regarder ces grands singes roux (nos cousins !) et à essayer de discerner les traits de leurs visages, ils doivent mesurer la taille d’un être humain, leurs jambes sont toutes petites mais leurs bras démentiels et ils se déplacent lentement de branches en branches.IMGP8484 (Copier) IMGP8710 (Copier) IMGP8709 (Copier) IMGP80099 (Copier)Après cette demi-journée de marche nous établissons notre campement pour la soirée au bord d’une rivière, nous installons les hamacs qui seront nos lits pour la nuit si le temps se maintien. Comme le ciel se noirci rapidement nous construisons une petite cabane avec des bâches de plastiques tendues pour mettre nos affaires à l’abri. Après un repas de nouilles sautées nous reprenons la track de l’orang outan.Panorama sans titre4 (Copier) Panorama sans titre3 (Copier) IMGP8593 (Copier) IMGP8567 (Copier) Pas de grand singes roux à l’horizon mais nous voyons des macaques et des singes Thomas (les punks à crêtes). Nous rentrons vers 5h00, il est temps de préparer le repas du soir. IMGP80077 (Copier) IMGP8463 (Copier) IMGP8740 (Copier) IMGP8739 (Copier)Avant de partir les guides nous avaient demandé si nous aimions le poulet, nous nous attendons donc à en manger ce soir. En effet une poulette blanche est là, encore bien en vie gambadant dans la jungle, nous essayons de ne pas devenir pote avec elle car on sait que ses heures sont comptées. Nous expliquons à Buyung que nous n’avons jamais tué de poule, que chez nous nous allons au supermarché et qu’elles sont déjà toutes prêtes et qu’on peut même choisir les morceaux que l’on veut. Il est un peu étonné et propose de nous montrer comment faire, Marion apprendra donc à tuer un poulet (Romain préfère le voir directement dans son assiette). C’est ultra rapide, bien entendu le poulet est tué halal donc égorgé avec un cuter juste sous la gorge, en deux seconde s’est fait et en 10 seconde le voilà sans vie, ensuite c’est plumage, découpe et hop dans l’huile ! Le moins que l’on puisse dire c’est que la viande est bien fraiche.IMGP8590 (Copier) IMGP8560 (Copier)IMGP8676 (Copier)Le repas du soir est délicieux, curry de légumes, poulet frit et riz, le tout préparé dans un wok sur un feu de bois au milieu de la jungle. Après manger les gouttes d‘eau se mettent à tomber, la rivière devient marron et nous filons tous nous abriter dans notre chambre. Le confort est très succinct mais nous sommes parfaitement au sec, allongés à même le sol avec nos sacs comme oreillers. Le bruit de la rivière déchainée nous berce et nous nous endormons rapidement.IMGP8703 (Copier) IMGP8686 (Copier)La journée commence de bonne heure, nous sommes réveillés par des macaques jouant dans les arbres au-dessus de nous, nous remballons notre camp et la marche débute tout de suite par une séries de montées qui nous cassent les pattes, le sol est boueux et glissant et les traversées de rivières nombreuses. IMGP8005 (Copier) IMGP8933 (Copier) IMGP8934 (Copier)En début d’après-midi nous voyons notre deuxième orang-outan, un mâle solitaire qui nous regarde de très haut, Marion est fière car s’est elle qui l’à repéré en premier. Les araignées, papillons de toutes les couleurs et lézards sont aussi de sortie. IMGP8516 (Copier) IMGP8515 (Copier) IMGP8512 (Copier) IMGP8508 (Copier)IMGP8825 (Copier) IMGP8756 (Copier) IMGP8718 (Copier) IMGP8698 (Copier) IMGP8750 (Copier) IMGP8541 (Copier) IMGP8623 (Copier) IMGP8526 (Copier)La pluie nous arrose une bonne partie de l’après-midi, nous essayons de garder un max notre sac au sec. Notre camp pour la seconde nuit se situe à côté de sources d’eau chaude, un magnifique emplacement qui nous permet de nous laver, ça fait un bien fou. Toutes nos fringues sont trempées, les chaussures également et le séchage est quasi impossible vu le taux d’humidité. Nous passons une super soirée à discuter et à jouer, Gedek nous fait des beignets de bananes délicieux et du riz avec une sauce piments, ail et échalotes, le tout concassé au bord de la rivière. Nous faisons bouillir l’eau pour nos thés et nous savourons ce bon repas à la lumière des bougies.Panorama sans titre8 (Copier) Panorama sans titre7 (Copier) Panorama sans titre6 (Copier) IMGP8760 (Copier) IMGP8780 (Copier) IMGP8783 (Copier) IMGP8786 (Copier) IMGP8791 (Copier) Nous voilà au troisième et dernier jour, après un détour pour aller voir une cascade nous remontons doucement en direction du village. Le chemin est très escarpé et la fatigue commence à se faire sentir, pour clore en beauté ce trek nous voyons notre troisième orang-outan, encore une maman et son bébé. Trois orangs-outans en trois jours, quel luxe !IMGP8846 (Copier) IMGP8923 (Copier) IMGP8006 (Copier) IMGP8506 (Copier)Nous rentrons à la tombée de la nuit, crevés mais heureux de cette expérience unique. Un moment dont on se souviendra longtemps et qui marque la fin de nos deux mois sur le sol indonésien. Nous avons énormément apprécié ce pays et sa culture, la gentillesse des gens et leur simplicité d’accueil. Sumatra nous à particulièrement touché, nous reviendrons un jour visiter le reste des îles du pays pour en découvrir encore plus.

20 thoughts on “Dans la jungle, terrible jungle

  1. Ye un post digne d’un reportage animalier que l’on peut voir sur nos postes de tele ! Le top, c’est fantastique de voir ces orangs outans, et autres primates. J’adore ! Que du bonheur de vivre dans la jungle quelques jours, épuisants mais que de sensations ! Les décors me rappellent la Guyane ainsi que l’humidité. Les photos sont magnifiques. Vous avez en plus eu la chance d’avoir des guides géniaux c’est super. Gros bisous. Take care.

    1. J’étais sur que ça te plairais. J’ai pas mal pensé à toi et on ne sait jamais, je te garde le bon plan si un jour tu y vas (je garderai titouan pendant ce temps là) ;)

  2. Magnifiques photos, bravo la photographe. Éprouvant pour vous sans doute, amusant pour moi de vous imaginer trempés H24 et sous bâche… C’était cher cette excursion ? Et comment le guide se retrouve pieds nus quand vous avez des chaussettes de compet ?

    1. Non c’était pas si cher c’est ça qui est bien!le guide est parti en tongue au tout début du treck car il y en a moins et qd on est arrivés au milieu de la jungle il a mis aussi les belles chausettes :-)Faut que t’essaye ça pour ton prochain voyage on te filera les coordonnées!

      1. Tu veux vraiment allonger encore ma liste de destinations? ;) ceci dit l’Indonésie en fait partie depuis longtemps, c’est vous que je veux comme guides maintenant!
        Et sinon, ici ya pas de singes mais ya des chiens de traineaux… Et c’est bientôt la saison… Alors si ça vous tente ma porte de coloc est ouverte et je vous accompagnerai!

          1. Deal ! Faites vous connaitre dès que vous êtes prêts. La saison termine en mars. Si la chambre d’amis est dispo je vous réserve un lit – de fortune, mais après la paillote sous bâche, même pas peur! ;)

          2. Ca me plaira… La période d’adaptation n’est pas terminée. Je viens à peine d’emménager, après 1 mois de recherche intensive. Je n’ai pas trouvé la perle rare que je cherchais, mais j’ai trouvé un bon compromis alors c’est pas si mal. J’ai fait 1 road trip d’1 semaine dans la région du Fjord du Saguenay et autour du Lac St Jean. Ca c’était chouette. Du cheval, des loups, des chiens de traîneau, un cowboy, une mamie, de la tarte aux bleuets, du camping juste au dessus des baleines, de beaux moments. En ce moment je traque les couleurs d’automne dans les parcs nationaux autour de Montreal. Le froid arrive gentiment, on se prépare à sortir la panoplie. Les 1è neiges sont généralement fin novembre en ville, et les grands froids en janvier. La semaine prochaine si tout va bien je pars dans le Saskatchewan (comprendre trou du cul du Canada, là où il n’y a que prairies et élevages et qu’il fait déjà -6° le matin), faire un volontariat dans un ranch de bétail. Je dois prendre mon billet de bus là, 50h de route…. On est loin de nos tronçons australiens !! Invite moi sur fb pour poursuivre cette conversation et voir les photos, utilise mon email pour me trouver. A bientôt !

          3. La tarte aux bleuets, c’est yummy !! ;) Venez, je vous ferai goûter si Dame Louise a pu en congeler de sa fabrication. Les bleuets, ici c’est pas les fleurs, c’est les myrtilles. Les blueberries quoi. Ca démystifie hein!

  3. TERRIBLE,ce reportage,Ce que vous avez vécu est extraordinaire et magique…j’imagine Karinne découvrant ce post….Vraiment que c’est irréel pour moi….c’est GENIAL….je vous laisse les sangsues le reste j’achète …les singes,orang_outan,l’humidité,la pluie,les guides,les arbres,la fatigue,les guides,tout quoi,,oui au revoir l’indonésie sur de belles sensations….quelle belle expérience vous avez vécu et je suis heureuse pour vous que vous l’ayez faite…Encore une fois je suis béate ..ET ADMIRATIVE bisous du sud ou beaucoup d’inondations ont fait beaucoup de dégats mais surtout de morts ….Il a plu en mème pas une heure ce qu’il pleut en 1 mois ..Le var a été épargné….mais les alpes maritimes non,c’est catastrophiques voir plus…..papa t’en parlera par mail….bisous à tous les deux…

    1. Et oui c’était de la folie !!! C’était intense, dur quelque fois,
      Mais qu’est que c’était bon …
      C’est certain cela restera un souvenir.

  4. Votre passage de trois jours dans la jungle est raconté à merveille et pourrait faire l’objet d’un scénario, tellement tout est précis , illustré et grandiose .
    Voir trois grands singes en 3 jours , c’est effectivement incroyable , mais c’est aussi une belle récompense pour les baroudeurs plein d’humanité que vous êtes .
    Dans cette forêt incroyable qui a beaucoup inspiré Marion dans ses photos ( très très belles et très personnalisées) , vous admirez tout et vous relativisez bien .
    C’est un beau parcours  » philosophique » .
    Nous sommes très fiers de vous . Et on vous sait « plus riche » pour le retour ….

    Et en plus tout s’est bien passé . On se voit très bientôt et on aura de quoi échanger d’un côté comme de l’autre .

    Ici les feuilles commencent à tomber allègrement et la neige est annoncée à 2200m .

    Nous vous embrassons bien fort, et encore… et encore
    Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

  5. J’attendais cet article avec impatience et je suis contente que tout se soit passé comme vous l’espériez…que ce trek ait été à la hauteur de vos attentes. De très belles photos comme toujours et votre sourire en dit long… J’ai la petite larme en repensant à tous ces moments passés avec vous…
    Je vous remercie pour ces 3 semaines ! Ca restera un de mes plus beaux voyages! Une population accueillante et souriante, des paysages grandioses et surtout deux amis au top! J’ai passé d’agréables moments avec vous. simplicité, bonne humeur, fou rire et j’en passe…
    Merci pour tout, le retour est difficile mais il ne me tarde pas de vous revoir car cela annoncera la fin pour vous aussi. Alors profitez encore et toujours, comme vous le faites si bien, faites moi maronner derrière mon ordi encore quelques mois et on se retrouvera autour d’un bon Soto Ayam tidak pedas avec un bagus es té sedikit sedikit gula…. Qu’est ce que ça me manque!!!
    Profitez bien des quelques jours en Thaïlande

    Nb1: je pense souvent à notre petit compagnon Bouté…
    Nb2: à notre attaque imaginaire de bed bugs et à la pagaille en 2mn dans la chambre
    Nb3: à notre soirée avec nos amis Indo à jouer à Dobble (Police!!!!!) et au jeu de carte qui dure 100ans…one two three four five six seven eight nine ten eleven twelve thirteen,one two three four five six seven eight nine ten eleven twelve thirteen,one two three four five six seven eight nine ten eleven twelve thirteen…… grrrrrr
    Nb4: à la petite phrase de romain avec l’indo mort de rire , « mais il est con comme un lardon celui la! » :D bande d’orang bodoh

    Encore Terima kasih baik pour tous ces souvenirs
    Selamat Tinggal mais pas trop vite!!!

    Bisous :)

    1. Je souris en lisant ton commentaire!jai oublié d’expliquer que les indonesiens avaient mis en place une ‘police’ pour surveiller Romain le mauvais joueur!!!quest ce qu’on a rigolé! On est triste en Thailande on ne sait plus aussi bien parlé (trop court pour apprendre) mais on va essayer de gérer le Birman ;-). Pleins de bisous! Et tu nous diras si tu as réussi ton soto ayam!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>