Saveurs indiennes

Nous quittons cette Inde aquatique en direction de Madurai, grosse ville du Kanartaka. C’est notre premier voyage en train, nous choisissons donc la classe 2A. Avant d’aller plus loin petite explication des différentes classes :

  • 1A – le top du top mais pas disponible dans tous les trains et très chère
  • 2A – Compartiments climatisés équipés de 4 couchettes et séparés du couloir par un rideau. Draps et oreillers fournis
  • 3A –Toujours climatisé mais il y a 6 couchettes par compartiment et pas de séparation avec le couloir. Draps fournis
  • Sleeper – La plus basse classe avec banquette, pas de clim’, wagon ouverts à tout vent, toujours 6 couchettes par compartiments. Classe la plus populaire

Le voyage en train est donc également un voyage à travers les différentes classes sociales, un billet 2A coûte facilement le double qu’en sleeper.IMGP2359 (Copier) A 1h00 du mat (le train à 45 minutes de retard) nous montons donc dans notre wagon essayant de repérer nos couchettes dans le noir. Après des exercices de contorsion nous voilà installés, nous dormons avec notre gros sac en bout de couchette et notre petit sac vers la tête. La nuit peut commencer ! Nous voyageons avec la classe supérieure indienne, les wagons sont très calmes, peu de vendeurs hurlants et une température idéale, nous passerons une très bonne nuit rythmée par la cadence du train. Pour savoir à quelle gare descendre c’est un peu la galère, il faut guetter l’heure et demander régulièrement à ses voisins. Cette première expérience ferroviaire passée nous nous installons dans un hôtel, Romain qui est un peu malade se reposera une bonne partie de l’après-midi.

Le lendemain c’est visite du Sri Meenakshi, un des temples hindou les plus impressionnants du pays. C’est un temple vivant qui est envahi chaque jour par des centaines de fidèles, les tours sont une débauche impressionnante de sculptures peintes de toutes les couleurs.IMGP2363 (Copier) Les photos sont interdites à l’intérieur, chose très dommage car c’est vraiment beau. En parcourant ses innombrables cours et halls intérieurs on observe de nombreux témoignages de religiosité (point rouge entre les deux yeux, trait ocre sur le front, prières…), nous ne pouvons cependant pas rentrer dans les sanctuaires, les non-hindous ne sont pas admis. Après deux bonnes heures de visite nous nous baladons ensuite dans la ville, on ne peut pas dire que ce soit très joli, les rues sont bruyantes et encombrées et le temps pluvieux. Après un bon thali veg’ il est ensuite temps de trouver un moyen de transport pour demain. IMGP2369 (Copier) IMGP2390 (Copier)Nous voulons donc nous rendre à Mysore, les trains sont complets, les bus aussi…Les indiens voyagent énormément en train, il faut donc réserver les billets assez tôt sinon tout est full. Solution de recours, la waiting list (qui peut compter jusqu’à 200 personnes en attente d’un désistement) ou tatkal (un certaines nombre de sièges sont ouverts à la réservation la veille du départ à partir de 10h). Bref c’est assez compliqué, le tout dans un anglais approximatif (on remercie La Bourlingue Marion&Brice de nous avoir fait un briefing lors de notre rencontre en Indonésie).

Pour la première fois depuis 10 mois il faut donc que nous que nous planifions notre voyage au moins 5 jours en avance (chose pas facile pour nous qui changeons constamment d’avis). Après de longues recherches nous prenons finalement un bus pour Bangalore où nous passerons la nuit avant de reprendre un autre bus pour Mysore.IMGP2382 (Copier) On vous passe les galères pour trouver le bon bus dans une gare routière d’une ville de 7 millions d’habitants… Bref 13 heures de transport plus tard nous voilà dans la ville de Mysore, ouéééééé !

Pour se mettre direct dans l’ambiance on commence par la visite du Devaraja market, un magnifique marché typique du sud de l’Inde (après avoir slalomé entre les vaches sacrées!) Les étals de fruits et légumes sont soigneusement rangés, les stands sont thématiques : on retrouve les vendeurs de bananes, de noix de coco, d’échalotes, de couleurs et de piments (à ne pas confondre !). Dans la partie des fleuristes l’odeur du jasmin embaument l’air, les guirlandes de fleurs peuvent s’acheter au mètre. Il y a ensuite le coin de l’encens et des bijoux pour le plus grand bonheur de Marion.IMGP2490 (Copier) IMGP2460 (Copier)Panorama sans titre1 (Copier)IMGP2395 (Copier) IMGP2448 (Copier) IMGP2430 (Copier) IMGP2433 (Copier) IMGP2434 (Copier)IMGP2401 (Copier) IMGP2404 (Copier)IMGP2442 (Copier)IMGP2479 (Copier)IMGP2443 (Copier)IMGP2407 (Copier)IMGP2408 (Copier)IMGP2412 (Copier)IMGP2413 (Copier)IMGP2418 (Copier)IMGP2423 (Copier)IMGP2424 (Copier)IMGP2409 (Copier)IMGP2399 (Copier)IMGP2437 (Copier)IMGP2440 (Copier)IMGP2438 (Copier)L’aprem est consacrée à la visite du Mysore Palace, un magnifique palais digne des folies des maharajas. A l’intérieur les photos sont interdites, encore une fois c’est dommage car c’est vraiment la plus belle partie, chaque pièce est une extravagance nouvelle, miroirs, plafonds sculptés, mosaïques de fleurs, marbre, portes en argent… c’est délirant, baroque et très kitsch !IMGP2512 (Copier) IMGP2514 (Copier) IMGP2504 (Copier)Le lendemain après un petit dej’ composé d’un délicieux dosa (crêpe farcie d’un curry de pommes de terre et d’une sauce tomate pimentée) et d’un thé chai nous allons nous balader dans le quartier musulman de la ville pour voir les rouleurs d’encens et les fabriques d’huiles essentielles. Les larges rues laissent place à des ruelles plus colorées et les habits des femmes au contraire ont perdu de la couleur au profit du noir. IMGP2488 (Copier) IMGP2482 (Copier) IMGP2549 (Copier) IMGP2571 (Copier)Sur la grande place, une mosquée, une église et un temple hindou se font face et cohabitent sans problèmes (selon les dires de toutes les personnes rencontrées), les gens des trois religions se croisent et se côtoient, le muezzin chante, les cloches retentissent et les prières hindous s’élèvent… Comme quoi ça peut marcher !IMGP2467 (Copier) IMGP2468 (Copier)Nous rentrons dans une première fabrique d’encens, c’est un grand bordel. Les femmes sont assises par terre en cercle roulent une pâte noire autour d’un bâton de bois avec une rapidité incroyable. Cet encens est fabriqué de façon complètement naturelle et artisanale, sans charbon et à base d’huiles essentielles et il sent divinement bon ! Nous allons ensuite chez une autre famille musulmane pour voir la confection de beedes, que Marion essayera de rouler sans grande réussite.IMGP2524 (Copier) IMGP2526 (Copier) IMGP2532 (Copier) IMGP2540 (Copier) IMGP2555 (Copier) IMGP2562 (Copier) IMGP2566 (Copier) IMGP2548 (Copier)Suite de la visite dans un atelier de confection d’huiles essentielles où nous sommes noyés sous les différentes odeurs, nénuphars, lotus, jasmin noire… Marion qui est un peu enrhumée ressort avec un remède offert (un genre de vick vaporub).IMGP2574 (Copier) IMGP2576 (Copier)Le soir un très bon repas de thali pur veg’ (par pur veg on entend sans ail et oignon, pour faire simple sans légumes à tubercules) nous attend, avec une ribambelle de curry, soupes et chutney. Depuis un peu plus d’une semaine en Inde nous sommes toujours étonnés du peu de piments présents dans les plats, on ressort toujours la bouche bien réchauffée mais c’est sans commune mesure avec le Laos (nos papilles sont sans doute habituées…). Au petit dej’ par contre on avoue que le piment passe un peu moins bien !IMGP2484 (Copier)Le lendemain le gérant de l’hôtel super sympa nous propose d’aller visiter une usine de soie, les photos encore une fois sont interdites, c’est une vraie usine où plus de 200 personnes travaillent. Ca vaut vraiment le coup d’œil, nous sommes tous seuls à déambuler entre les métiers à tisser dans un bruit assourdissant. Les hommes et femmes nous reçoivent avec un grand sourire et nous montre fièrement leur travail qui demande un énorme savoir faire. Nous découvrons les différentes étapes de la soie, la broderie de fils d’or, la coloration… Marion reçoit un fil d’or en cadeau et est recoiffée et relookée en indienne par une dame (queue de cheval, réajustement du foulard et point rouge au milieu des deux yeux). Un très bon moment.

Le soir nous nous attablons à notre cantine habituelle et pour changer des thalis nous commandons un paper dosa un peu au pif sur la carte. 10 minutes plus tard nous voilà avec une crêpe de plus de 80 cm devant nous, bon ap’ !IMGP2579 (Copier)La ville de Mysore aura été un chouette point de chut pendant 3 jours, vivante, colorée mais pas étouffante nous l’avons découverte avec grand plaisir. On commence à prendre le rythme du pays, à goûter les thés chai de rue et les petits gâteaux ultras sucrés, les samosas pimentés et autres petits en-cas, on prend goût à l’Inde ! Prochain stop Hampi et nuit en train en classe sleeper (car évidement toutes les autres classes étaient complètes…), affaire à suivre !

Nb1 : Même à distance nous suivons l’actualité avec grand intérêt et un grand nombre d’indiens rencontrés dans la rue nous demandent si nos familles vont bien et semblent aussi tristes que nous de la tournure des événements. Un monsieur est même venu nous dire qu’il était désolé et qu’il ne fallait pas lui en vouloir car il était musulman. Nous l’avons tout de suite rassuré et nous avons essayé de lui expliquer la stupidité des gens qui manquent cruellement de discernement en mettant tout le monde dans le même panier… C’est quand même triste d’en arriver là…

Nb2 : La moustache est au top de la mode en Inde, tous les hommes en ont une.

Nb3 : Le dodelinement de la tête est un geste typiquement indien, il peut vouloir dire oui comme non où simplement signifier qu’ils sont contents. Bref il est fait à toutes les sauces et Romain commence à prendre le tic !

4 thoughts on “Saveurs indiennes

  1. Cela faisait longtemps…. Je suis contente de découvrir cet article ,ça fait du bien.
    J’adore le côté méticuleux des étals des marchands de fruits et légumes et de fleurs , c’est très sympa à l’oeil et pour la photo .
    Les couleurs présentées en dômes sont magnifiques ,
    Et a ma grande surprise , il y a quelques places devant des monuments sans presque personnes ?????

    Vous avez pris vos marques; les bus , le train, les habitudes culinaires, la tenue, quelques mots … et des contacts humains réconfortants semble t’il , c’est tant mieux . Dommage qu’il y ait ces interdictions de photographier , mais vous aurez ces images en mémoire pour vous et c’est l’essentiel .
    Malgré tout cela nous ne pouvons que vous rappeler qu’il faut être prudent tout le temps .

    Ici la neige est annoncée .C’est l’époque .
    NB: on a bien aimé la taille de la crêpe .Tu pourrais ramener une crêpière à ces dimensions pour papa.

    Pleins de bisous à vous deux .Bonne route pour la suite
    On pense à vous comme toujours
    Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

  2. Cela fait plaisir à vous lire au vue des évènements en France….Pour les gaucher comme dit Karinne c’est pas top.Bravo à eux pour le mélange des lieux saint ,à chacun sa religion ,mais c’est émouvant de voir que ça marche ….J’ai aimé tous ses bracelets de couleur,Marion attentionnée pour faire son bàtonnet d’encens….et( surtout vos vidéos ou Romain nous explique comment il faut préparer sa boulette et la manger avec la main droite …2 vidéos qui nous a fait plaisir,rire et surtout le fait d’entendre ta voix ça nous a fait un bien fou …Vous avez bien fait au moment ou il le fallait ….Je vous fais de gros bisous ,ici beau temps ,pas de pulls encore .mam

    1. L’inde on commence a bien s’habituer et on aime bcp. En ce moment on est a Hampi, un tout petit village a l’ambiance tres detendue. On a hate que Marion arrive! Bisous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>