Woofing dans la jungle

Déjà une semaine que nous travaillons dans l’auberge PK’s Jungle. Nous faisons du Woofing, c’est-à-dire que nous sommes nourris et logés en contre partie de 4 heures de travail par jour (de 10h00 à 14h00). Le travail n’est pas très dur, Romain fait le paysagiste, débroussailleuse, tronçonneuse, balayage et Marion fait le ménage et de temps en temps de la peinture. Cette auberge comprend à la fois un terrain de camping, des dortoirs mais aussi des appartements ‘luxe’, le tout au beau milieu de la forêt humide et à 100 mètres de la plage. Le bar-restaurant est le lieu de vie de Cap Tribulation (qui ont le rappel ne compte que 3 maisons). Le soir c’est toujours très animé, des locaux mais aussi de nombreux touristes de passage et des tours opérators faisant halte pour la nuit.20150402_184358 (Copier)IMGP6653 (Copier) IMGP6661 (Copier) IMGP6663 (Copier) IMGP6664 (Copier) IMGP6698 (Copier)IMGP6699 (Copier) IMGP6703 (Copier) Nous mangeons tous les jours au restaurant (2 repas par jours sont compris). Le matin au menu Pancakes au sirop d’érable et glace pour Marion (et oui c’est bizarre une boule de glace le matin…) et pour Romain il varie entre œufs et beans ou Omelette. Les doses sont toujours énormes et nous calent pour un bon moment. Le midi le repas n’est pas prévu (les australiens ne mangent pas ou juste une tartine de beurre de cacahouète) et le soir nous mangeons à 18h30. En Australie tout le monde mange très tôt (19h c’est déjà considéré comme tard). Nous avons le choix entre une dizaine de plats allant de burger, pizza, poisson, wrap, lasagnes, ce qui est assez incroyable c’est que tout est servi avec des frites ! Et oui même les lasagnes sont accompagnées de frites (la première fois cela surprends). En tout cas c’est très agréable de ne plus se faire à manger ! Nous pensions au début rester une semaine et comme nous nous plaisons bien nous restons finalement 2 semaines, le budget gagné va nous permettre de faire plus d‘activités comme des cours de surf (nous avions un peu sous-estimé ce budget et sur côte Est tout coûte très cher).

L’ambiance est sympa, nous ne sommes qu’avec des Anglophones (Australiens, anglais, canadiens, suédoise) et un allemand qui voyage depuis 5ans et qui est complètement bilingue). L’accueil à été timide au début mais les parties de Dobble nous ont permis de nous intégrer ! Nous sommes les Frenchies et les gens sont très sympas avec nous. Côté anglais ça progresse bon train, nous tenons une conversation simple sans difficulté par contre c’est plus dur quand nous sommes en groupe avec 15 personnes qui parlent tous anglais avec des accents différents ! En plus la musique du bar est souvent forte et il y a la télé en arrière fond, donc beaucoup d’information à gérer donc plud dur de communiquer. Tout le monde essaie d’apprendre quelques mots en français, ‘Salut, comment ça va’, ‘je joue au football’, ‘je m’appelle’ il faut savoir que les anglophones ne parlent que anglais donc ils sont impressionnés dès qu’ils entendent quelqu’un parler plusieurs langues. Hier soir nous avons rencontré une québécoise, nous parlions donc français et les anglais voulais que l’on traduise notre conversation donc toute la soirée nous sommes passés du français à l’anglais et de l’anglais au français ! Pour la petite histoire nous avons donc rencontré Amélie la québécoise (avec un accent et des mots incroyables) nous discutions depuis un bon moment quand elle nous a dit qu’elle ne vivait plus au Canada mais à Lausanne en Suisse ! Le monde est petit ! Elle est en tour du monde pour 1année, nous nous sommes donc donnée rdv devant une fondue à notre retour.

Niveau rencontres notre séjour ici est vraiment riche en nationalités et en caractères, c’est un chouette moment de partage.

Pour le programme de nos après-midi nous alternons en balade dans la jungle, balade sur la plage, on découvre les environs! La plage qui se situe à 100mètres de notre van est vraiment magnifique, notre Top 1 des plages australiennes, c’est la même qu’a Mission Beach, un grand croissant de sable bordé de cocotiers avec en arrière plan les montagnes et la jungle et aucune constructions. Il y a vraiment pire comme lieu pour travailler. IMGP6709 (Copier) IMGP6708 (Copier) IMGP6707 (Copier) IMGP6762 (Copier) IMGP6675 (Copier) Nous sommes montés sur le Cap Tribulation, depuis là-haut le panorama est à couper le souffle, le bleu du ciel sur l’océan et les nuages gris accrochés aux montagnes et à la forêt tropicale, encore une fois on se sent privilégiés devant un tel spectacle.Panorama sans titre1 (Copier) IMGP6743 (Copier) IMGP6731 (Copier) IMGP6723 (Copier)Notre but de l’après midi consiste à trouver des noix de coco pour le goûter, tout un programme ! Marion à comme mission de trouver les coconuts et Romain de les ouvrir. Impossible de les faire tombés de l’arbre ni de grimper dessus donc il faut se promener sous les cocotiers pour trouver les franchement tombées. Mais attention il y a plusieurs coconuts :

  • Les marrons, elles sont tombées depuis longtemps, pour le jus ce n’est pas très bon mais la chair est pas mal
  • Les jaunes, la chair est super bonne et le jus aussi
  • Les vertes (plus dures à trouver car elles sont encore sur le cocotier) elles sont excellentes pour le jus.

Marion trouve finalement 2 belles noix de coco jaunes, dont une tirant sur le vert. IMGP6748 (Copier)Maintenant c’est au tour de Romain de rentrer en scène. Tel Tarzan l’homme de la jungle il ne se sert d’aucun outil pour ouvrir les coconuts (il voulait que ce fait soit bien mentionné).

Voici les étapes d’ouverture :

  • trouver un tronc d’arbre coupé avec de préférence un bout d’écorce qui dépasse, bref un truc pointu pour taper la noix de coco dessus
  • ensuite trouver un outil pour taper sur la coque. Après avoir cassé pleins de bout de bois pas assez solides, après avoir essayé les pierres (mais ici elles sont volcaniques donc super légères), une vieille noix de coco fait l’affaire. Maintenant la nouvelle devise de Romain,’ il n’y a qu’une noix de coco pour casser une noix de coco’
  • Après il faut taper, taper, taper pour casser la première coque (toujours tirer dans le sens des fils), c’est extrêmement résistant
  • Seulement à ce moment là commence à apparaitre la noix de coco comme nous la connaissons (petite coque marron)
  • De nouveau il faut taper, taper, taper, et victoire c’est percé !IMGP6752 (Copier) IMGP6760 (Copier)

Romain est trempé mais très fière de son ouverture de coconuts, le gouter est tout trouvé c’est super bon.IMGP6756 (Copier) IMGP6750 (Copier)Bon voilà un aperçu de nos problèmes de la journée, pas vraiment facile comme vie mais ça nous va bien ! On finira la journée devant la pleine lune et un coucher de soleil magnifique.IMGP6678 (Copier) IMGP6670 (Copier) IMGP6667 (Copier) IMGP6684 (Copier)

 

3 thoughts on “Woofing dans la jungle

  1. Le programme que vous nous déroulez est vraiment compliqué et rude ….. pour nous , à lire .

    Mais on s’y fait .
    En tous cas , vous semblez en pleine forme, de plus en plus bilingues , riches de rencontres et d’échanges , c’est ce que vous recherchiez , vous êtes en voie de réussite .J’ai envie de dire : »Continuez vos efforts  »
    Je vois que la chevelure de Marion prend de la longueur et change de couleur , c’est sans doute le climat tropical .Hic !
    Plein de bises et bisous

    1. Et oui mes cheveux blondissent de jours en jours! Et vous seriez etonnes de mon anglais (l’accent par contre est toujours très ‘french’

  2. bravo Romain pour les noix de coco….les paysages sont magnifiques à votre image…papa et moi avons passé le week end à Antibes,il a fait très chaud….il y avait bcq d’étrangers ,nous avons rencontré un serveur qui a passé des mois en AUSTRALIE puis en Asie il s’est éclaté et cela m’a rassuré ….j’aimerai ètre à votre place car tout cela est magique vous ètes très beaux tous les deux ….vous vivez vraiment une belle aventure et c’est super ….bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *